Regroupements stratégiques et plateformes
Plateformes
L’essentiel des activités scientifiques du Réseau se déroule au sein de trois regroupements stratégiques (RS) thématiques et trois plateformes transversales. Chaque RS inclut des chercheurs (réguliers) des trois domaines et des huit universités, ainsi que des membres associés.

Trois plateformes transversales servent de soutien aux regroupements tout en se dotant d’une mission d’innovation. Ces plateformes se concentrent sur des aspects transversaux qui recoupent les RS, les clientèles s’y rattachant, les milieux de soins concernés et les contextes dans lesquels se déroulent les soins.

Plateformes

Plateforme ressources

Responsable : Dominique Tremblay
Responsable substitut : Geneviève Roch

Banque d'instruments

L’objectif général de la plateforme ressources est d’offrir à tous les membres du RRISIQ, chercheurs et étudiants, l’accès à des outils ou des ressources pouvant être utiles par exemple pour élaborer des interventions cliniques, pour rédiger un texte académique, un article scientifique, une demande de subvention ou un protocole de recherche.

Objectifs stratégiques:

  1. Assurer la pérennité de la banque d’instruments, d’aide à la décision et de guides cliniques;
  2. Favoriser le développement de la capacité de recherche par le réseautage entre les membres.

La plateforme ressources vie à mobiliser des outils et de l’expertise afin de relever le défi de la diversité des membres œuvrant dans divers milieux cliniques et différentes université. Mentionnons que parmi les ressources visées se trouverons l’évaluation d’une plate-forme de télécommunication pour faciliter le réseautage entre les membres dont les établissements n’ont pas ce type de ressources. De plus, une liste de volontaire sera prochainement disponible pour commenter de manière critique des articles scientifiques ou professionnels ainsi que des protocoles à soumettre à des organismes subventionnaires.

Plateforme transfert de connaissances

Responsable : Damien Contandriopoulos 
Responsable substitut : Marie-Pierre Gagnon

L'objectif général de la plateforme est de favoriser et de soutenir les échanges entre les milieux académiques et de production de connaissances scientifiques en soins infirmiers et les milieux cliniques ou décisionnels. Cet objectif est au cœur des efforts visant à combler le fossé entre savoirs et pratique, et ultimement à améliorer la qualité des soins et la santé des populations (Haines, Kuruvilla et al. 2004, King's Fund 2006, CIHR 2011, Graham, Mancher et al. 2011, IOM 2011, National Research Council 2012). L'atteinte de cet objectif général passe par trois objectifs spécifiques.

Objectifs stratégiques :

  1. Soutenir les milieux cliniques et les chercheurs du réseau dans l'élaboration, la mise en œuvre et l'évaluation d'interventions d'échanges de connaissances visant à favoriser une pratique infirmière fondée sur des données scientifiques ;
  2. Soutenir les équipes de recherche du réseau dans l'élaboration du volet transfert de connaissances de leurs projets de recherche et de leurs demandes de financement ;
  3. Développer de nouvelles connaissances ainsi que des pratiques innovantes en transfert de connaissances et positionner le réseau comme un centre d'excellence et d'innovation aux niveaux national et international dans le domaine du transfert de connaissances.

L'opérationnalisation du premier objectif se fera en tenant compte qu’un obstacle important limitant le transfert des connaissances réside dans notre difficulté à s’approprier une masse d’information toujours plus grande par manque de temps, d’habiletés, d’accès aux informations ou autres. Le principe d'un plus grand recours à des sources d'information appuyées sur la recherche scientifique est remarquablement consensuel. Toutefois, la croissance constante des efforts de transfert de connaissances combinée aux pressions pour améliorer l'efficience des pratiques cliniques et des organisations créé un fossé toujours plus important entre le volume d'information disponible et les capacités à les utiliser (Knott and Wildavsky 1980, Feldman and March 1981, Contandriopoulos 2012, Alvesson and Spicer 2013). L'objectif n'est donc pas de diffuser plus d'information, mais de trier, synthétiser et contextualiser l'information puis de cibler les utilisateurs et d'adapter les processus de transfert. En d'autres termes, apparier plus efficacement les besoins, les données et les acteurs. Un outil pour la mise en œuvre de cette approche sera la création d'un index thématique organisé par projets de recherche, milieux de pratique et partenaires du réseau. Ceci permettra de mettre en relation rapidement et efficacement les milieux de recherche et les milieux de pratique sur la base de thématiques d'intérêt mutuel et de contribuer à renforcer les ponts existants.

Pour ce qui est du second objectif, la pression exercée par les organismes subventionnaires pour soutenir les efforts de transfert de connaissances engendre une demande forte pour intégrer dans la constitution des équipes une expertise spécifique à ce domaine. La personne-ressource de la plateforme jouera ce rôle afin de de répondre à la majorité des demandes tandis que le volet de développement de connaissances sera sous la responsabilité opérationnelle des responsables de la plateforme. Finalement, certains projets de recherche en cours ou prévus au sein du réseau (Mac-Thiong et al. 2011-2013, Lefebvre et al. 2013-2016, Lang, et al. 2014- 2017) impliquent non seulement la mise en œuvre d'une stratégie de TC mais le développement de nouveaux outils, de nouvelles approches ou de nouveaux modèles.

Le troisième objectif de la plateforme est de mettre en relation l'expertise en TC présente au sein du réseau, d'effectuer une fonction de veille à propos de l'évolution du domaine et de se positionner comme un centre d'excellence dans le domaine. Le travail en cours de développement, de validation et d'utilisation d'indicateurs dérivés de la théorie du Social Network Analysis (SNA) pour mesurer l'effet l’impact réels quantifié du réseau sur l'intensité des collaborations et sur la productivité des chercheurs est un exemple de ce type de travail.

Tel que déjà mentionné plus haut, nous avons créé un programme de partenariat « université – milieu clinique ». Ce programme vise à intégrer les étudiants ou les cliniciens dans la mise en application de connaissances et ceci en équipe avec le milieu clinique. Ce programme ouvert en août 2013 auprès de partenaires UdeM et UMcG pour le moment à titre d’essai a déjà reçu des lettres d’intérêts de milieux cliniques (Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine, Centre hospitalier universitaire de l’Université de Montréal). Dans ce programme, la moitié du financement (10,000$) provient du milieu clinique et l’autre moitié des montants de contreparties universitaires selon les disponibilités de fonds.

Visitez le site de la plateforme au :

http://tc.rrisiq.com/


Plateforme développement international

Responsable : Jacinthe Pepin 
Co-responsable: Maria Cecillia Gallani

L’objectif général de la plateforme est de stimuler le développement et le renforcement de collaborations nationales et internationales au regard de la recherche en interventions en sciences infirmières, tant pour la production de connaissances, pour l’évaluation et la synthèse de connaissances que pour la diffusion et l’application de connaissances. 

Objectifs spécifiques : 1) Mettre sur pied une revue internationale de recherche sur les interventions en sciences infirmières, suivant les recommandations de deux rapports (Champoux, P.L. & Dantas, D. (2013). Mandat de consultation - RRISIQ. Montréal: HEC Montréal; Paquin É. (2016). Projet de création d’une revue savante. Montréal.) ; 2) Établir des collaborations durables avec des organismes internationaux de sciences infirmières pour la tenue périodique de symposiums internationaux; 3) Soutenir les chercheurs dans la réalisation de leurs projets de recherche impliquant un volet international.

Pour atteindre les objectifs 1 et 2, une revue scientifique est en création. La revue Science infirmière et pratiques en santé – Science of Nursing and Health Practices a été approuvée par le Conseil d’administration du RRISIQ. Fidèle à son mandat de stimuler et de soutenir la diffusion et le transfert des connaissances sur les interventions en sciences infirmières, la revue publiera des articles de recherche (80 %) et des articles de transfert de connaissances (20 %), rédigés en français et en anglais et abordant l’un des trois domaines d’intervention du RRISIQ (interventions cliniques, organisation des services infirmiers, formation infirmière). Le comité éditorial réunira Mme José Côté (inf. Ph. D.), rédactrice en chef, ainsi que trois rédacteurs associés représentant les trois domaines d’interventions du RRISIQ et le caractère bilingue et international de la revue. Un comité scientifique international réunissant des chercheurs anglophones et francophones assurera l’expertise de la revue et son rayonnement. Le lancement de la revue aura lieu en juin 2018 dans le cadre d’ateliers organisés par le RRISIQ lors du 7e Congrès du SIDIIEF à Bordeaux, où se réuniront plus de 2000 participants de nombreux pays. L’arrimage avec le SIDIIEF représente une occasion d’échanges de résultats de recherche avec une très grande diversité de participants, incluant des décideurs, ainsi que de création de collaborations internationales de recherche. 

Pour atteindre l’objectif 3, diverses stratégies ont été et seront déployées pour encourager la tenue de recherches comportant un volet international et la création de partenariats. Premièrement, au printemps 2017, la plateforme de développement international a lancé auprès des chercheurs membres du RRISIQ un concours de subvention visant à soutenir les chercheurs réguliers dans le développement et la réalisation d’activités de recherche impliquant obligatoirement des chercheurs du réseau et à l’international. Deuxièmement, un sondage visant à recenser l’ensemble des activités de recherche réalisées en collaborations internationales par les chercheurs membres du RRISIQ a été lancé en mai 2017. Nous serons ainsi à même d’identifier les besoins potentiels des chercheurs pour mieux les soutenir dans leurs projets impliquant un volet international.